/
4/5

1 avis

Succession (La)

Livre

Dubois, Jean-Paul. Auteur

Edité par Editions de l'Olivier. Paris - 2016

Paul Katrakilis vit à Miami depuis quelques années. Il a beau y avoir connu le bonheur, rien n’y fait : il est complètement inadapté au monde. Même le jaï-alaï, cette variante de la pelote basque dont la beauté le transporte et qu’il pratique en professionnel, ne parvient plus à chasser le poids qui pèse sur ses épaules. L’appel du consulat de France lui annonçant la mort de son père le pousse à affronter le souvenir d’une famille qu’il a tenté en vain de laisser derrière lui. Car les Katrakilis n’ont rien d’une famille banale : le grand père, Spyridon, médecin de Staline, a fui autrefois l’URSS avec dans ses bagages une lamelle du cerveau du dictateur; le père, Adrian, médecin lui aussi, était un homme insensible, sans vocation ; l’oncle Jules et la mère, Anna, ont vécu comme mari et femme dans la grande maison commune. En outre, cette famille semble, d’une manière ou d’une autre, vouée passionnément à sa propre extinction. Paul doit maintenant se confronter à l’histoire tragique de son ascendance, se résoudre à vider la demeure. Jusqu’au moment où il tombe sur deux carnets noirs tenus par son père. Ils lui apprendront quel sens donner à son héritage.

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • A lire d'urgence 4/5

    A 25 ans, Paul, bien qu'ayant terminé ses études de médecine, vit à Miami sa passion pour la pelote basque. Il a fui sa famille marquée par des destins funestes et semble avoir trouvé un joyeux équilibre entre sport et amis. L'annonce du suicide de son père, médecin toulousain, l'oblige à rentrer pour régler la succession. Le ton léger, doucement ironique des débuts du récit nous a trompé car, progressivement secrets de famille et fêlures profondes du personnage principal et de sa famille, vont mener le lecteur vers des rivages bien plus sombres. La fin du roman le laisse coeur battant. La conclusion est pressentie, toujours repoussée mais inéluctable. L'élégance de l'écriture de J. P. Dubois est ici à son meilleur

    par Anonyme Le 25 janvier 2017 à 16:22